Le Lean Management ou comment devenir le « best boss ever »

Comment convaincre un top manager, dont la posture semble être bien assise depuis le XXème siècle, d’adhérer au Lean Management ? D’ailleurs, nous aurions dû écrire : Le Lean Management ou comment devenir le « best leader ever » !

C’est toujours la même rengaine : les changements et autres transformations, ce n’est possible que quand tout le monde s’y met. Oui… tout le monde… mais surtout le top management, parce que les autres (nous parlons des collaborateurs terrain et des niveaux intermédiaires de management) eux, ils s’y mettent toujours, comme vous l’avez certainement remarqué. Alors voilà : récemment, un top manager nous a demandé de lui décrire en un email ce qu’est le Lean Management et ce que cela apporte. Il fallait trouver un moyen percutant de lui répondre. Comment convaincre un top manager, dont la posture semble être bien assise depuis le XXème siècle dans un bon fauteuil rembourré à 50% de fausses croyances et à 50% de principes issus du taylorisme (pour certains, vous pourriez même ajouter 5% de cowboy) ? Une réponse tentante et un poil provoc aurait pu être : « Le Lean Management te permettrait de devenir le best leader ever. » Ouais… bon… Reprenons notre sérieux et regardons cela de plus près.

Le Lean est une méthode de management qui vise l’excellence collective et l’excellence de l’entreprise grâce au développement de tous les collaborateurs, managers et dirigeants.

L’enjeu pour une entreprise dans le contexte actuel (concurrentiel, mondial, nouvelles technologies) est de se sortir au plus vite d’un fonctionnement et d’habitudes réminiscents du taylorisme :

  • un fonctionnement en silos, d’où une collaboration et une communication défaillantes entre les équipes,
  • une difficulté à parler ouvertement des problèmes, qui restent trop souvent et trop longtemps cachés, d’où une performance amoindrie de l’entreprise et une capacité plus faible à innover,
  • des styles de management et des postures en mode « command & control » qui défavorisent la prise d’initiative, également l’innovation, le bien-être et la performance individuelle et collective,
  • une navigation à vue, au travers d’indicateurs existants qui sont rarement adaptés, trop souvent destinés à plaire au management.

Le Lean management vise à supprimer ces éléments et à les remplacer au moyen d’outils simples, mais permettant de changer drastiquement les habitudes. Aujourd’hui, le Lean s’inspire également des nouveaux outils typiquement associés aux méthodes agiles ou aux méthodes d’intelligence collective. Peu importe, aujourd’hui, ces méthodes évoluent ensemble, côté Métiers, comme côté IT pour parvenir aux conditions idéales de fonctionnement.

Le Lean management vise un double objectif :

  • la satisfaction complète des clients de l’entreprise (ce qui se traduit en chiffre d’affaires)
  • la satisfaction complète des collaborateurs (ce qui se traduit en motivation et implication).

Pour ce faire, notre méthode de déploiement s’appuie sur un principe extrêmement important pour une conduite du changement en douceur et efficace : apprendre en faisant (directement).

  1. co-établir un état des lieux (rapide) pour amener les collaborateurs et les managers à se poser les bonnes questions et les amener à comprendre les limites de certaines habitudes individuelles ou d’équipe
  2. co-établir une cible avec les collaborateurs et les managers à des échéances fixes (niveaux de maturité visés au cours du temps)
  3. faire, faire faire, avec des experts (ou coaches comme on les appelle souvent) pour leur donner du feedback et ré-ajuster par petites améliorations successives. Les experts s’effacent petit-à-petit car ils visent constamment l’enseignement et la transmission d’expérience, au profit de la montée en compétences des collaborateurs et des managers.

Cette méthode de déploiement peut s’appliquer sur l’ensemble des thématiques à traiter (style et posture du management, développement des collaborateurs, communication / collaboration / coopération, pilotage par les processus et les indicateurs) et ce, de manière synchrone ou asynchrone.

Et concrètement, qu’est-ce que le Lean management apporte ?

  • Des managers Lean garderont à l’esprit de développer les compétences de chacun de manière à faciliter une collaboration avec les équipes en amont et en aval. Les collaborateurs s’exprimeront de manière plus professionnelle pour des communications plus fluides et sereines entre eux.
  • Des collaborateurs Lean viseront l’excellence collective en cherchant à résoudre pas à pas chaque problème. Parler de problèmes ne sera plus un problème et, au fil du temps, amélioration par amélioration, la confiance entre l’entreprise et ses collaborateurs, entre le management et les collaborateurs, et au final entre l’entreprise et ses partenaires, fournisseurs et clients sera renforcée.
  • Une gouvernance Lean apportera plus de transparence et plus d’insights à valeur ajoutée à l’entreprise, permettant de comprendre en temps réel les dysfonctionnements et d’augmenter la réactivité et la capacité des équipes à les résoudre. La gouvernance comprend tout à la fois processus de communication, routines managériales, instances d’informations et de prise de décisions, canaux de communication, etc.

Ce sont ces trois éléments qui font de l’entreprise une entreprise compétitive, « best in class » et qui lui permettent d’entrer dans un cercle vertueux tant pour elle-même et ses collaborateurs que vis-à-vis de ses clients. Et il y a fort à parier qu’un top manager qui amène ses équipes et toute son entreprise sur cette voie soit élu par ses collaborateurs « best leader ever ».