Test du printemps : Êtes-vous épanoui professionnellement ?

L’accomplissement individuel et l’épanouissement collectif n’existent pas l’un sans l’autre. Leur niveau varie en fonction de beaucoup de paramètres, certains sur lesquels nous n’avons pas ou peu de contrôle. D’autres paramètres en revanche ne dépendent que de soi : il s’agit des habitudes de communication et des comportements dont chacun est responsable, et qui sont indispensables à l’éveil et au développement du collectif.

  • La bienveillance

C’est la « disposition d’esprit inclinant à la compréhension, à l’indulgence envers autrui. » Source : Larousse.

Les bienfaits de la bienveillance sont triples :

  • Un interlocuteur auquel on témoigne de la bienveillance va se sentir accepté au sein du groupe.
  • Celui qui fait preuve de bienveillance va ressentir un sentiment d’accomplissement individuel pour avoir participé au bien-être d’un collaborateur et au sein de l’équipe
  • Ainsi, une équipe dans laquelle les collaborateurs font preuve de bienveillance envers les autres vont s’épanouir collectivement et développer un fort esprit d’équipe.

Attention ! Être bienveillant envers les autres ne doit pas être fait dans le but de plaire. Tout comme il ne faut pas donner dans l’espoir de recevoir en retour. Il faut être bienveillant pour le bien-être des autres et le sien.

A faire : Accompagner ses collaborateurs pour les faire monter en compétence. « Regarde, si tu fais ça comme ça, c’est plus judicieux et le résultat obtenu sera bien meilleur. »

A ne pas faire : Critiquer directement ses collaborateurs sur leur manière de travailler : « C’est la pire des manières pour faire ça. »

  • Les échanges de type « gagnant – gagnant »

Tous les échanges entre collaborateurs doivent être établis sur la base d’un rapport « gagnant – gagnant », d’un service à un autre, d’un niveau hiérarchique à un autre, et entre pairs. Tout autre type de relation génère frustration, et autres sentiments négatifs.

A faire : Parvenir à un terrain d’entente entre les collaborateurs.

A ne pas faire : Ne pas prendre en compte les intérêts de son interlocuteur.

  • Le Jugement

Aucun jugement ne doit être fait sur un collaborateur, qu’il soit présent ou absent. Et il ne faut pas non plus tenter d’interpréter ce que les autres veulent dire quand ce n’est pas clair pour vous. Demander à la personne de reformuler son message.

A faire : S’abstenir de jugement. Exprimer son opinion en argumentant plutôt qu’en accusant ou en jugeant.

A ne pas faire : Juger les autres sur leurs idées ou autre : « Cet idiot a dit ça l’autre jour » ou « Regarde ses chaussures comme elles sont moches. »

  • Diplomatie

Faire preuve de tact, d’habileté, d’adresse, de souplesse et de prudence dans la conduite d’une discussion est important pour gérer au mieux tout type de situation.

A faire : Mener la discussion avec souplesse : « Je n’y vois pas d’intérêt / Je perds patience / etc. »

A ne pas faire : Être indélicat : « C’est nul / C’est saoulant / etc. »

  • Respect

Le respect est également un facteur primordial d’épanouissement collectif. Pas seulement le respect des autres, mais aussi le respect de soi-même et de l’environnement.

A faire : Respecter les bureaux, la salle de pause, etc. Respecter les opinions et les façons de faire des uns et des autres.

A ne pas faire : Ne respecter que soi.

  • L’empathie

L’empathie joue aussi un rôle prépondérant dans l’épanouissement collectif : être capable de s’identifier à l’autre dans ce qu’il ressent permet de prendre en considération l’état d’esprit de chacun et d’adapter les décisions et le style de communication.

Il en résultera un fort sentiment de reconnaissance de l’autre et d’accomplissement individuel.

A faire : S’exercer mentalement à se mettre à la place des autres : « Si j’étais à sa place, quelle serait ma réaction, quelles seraient mes inquiétudes ? »

A ne pas faire :  Croire que tout le monde fonctionne comme soi.

  • Communication

Parler principalement en « je » et bannir le « tu » afin d’accentuer la prise de responsabilité et de diminuer le rejet de la faute sur les autres. Attention au ton employé et au passif-agressif !

A faire : Préférer « je n’ai pas bien saisi tes explications »

A ne pas faire : Utiliser des tournures comme « Tu n’as pas compris ce que j’ai écrit dans mon e-mail. »

  • Positive Attitude

Il est plus important de soigner la relation entre les collaborateurs que de réaliser le travail lui-même. S’il règne une attitude positive au sein d’un groupe, le travail s’effectuera en bonne intelligence et dans le respect de l’objectif collectif.

A faire : Toujours se tenir à disposition des collaborateurs qui ont des questions au lieu de les laisser se débrouiller seuls.

A ne pas faire : Globalement, les jeux de pouvoir, les intentions fausses voire malveillantes et l’individualisme sont à proscrire.

Maintenant que faire ?

Auto-évaluez-vous sur une échelle de 1 à 10 puis agissez pour vous-même et pour les autres tout au long de l’année !

  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Bienveillance                    
Gagnant-gagnant                    
Pas de jugement                    
Diplomatie                    
Respect                    
Empathie                    
Communication                    
Positive attitude                    

Auteur :

Léo Ronteix, Consultant Junior / Responsable Organisme de Formation chez aSpark